Penang 🇫🇷

La traversĂ©e dura 15 minutes. Au fur et Ă  mesure que nous approchions de la cĂ´te, le brouillard se dissipait et nous apercevions alors une ville aux allures industrielles. C’est sĂ»r que le mot « Ă®le Â» nous projette gĂ©nĂ©ralement vers d’autres fantaisies. Ce n’est finalement pas si Ă©tonnant lorsqu’on sait que plus de 250.000 malaysiens y vivent.

À notre arrivée au port de Georgetown, nous regardons notre gps nous disant que nous sommes à seulement 2km de notre hostel. La température est élevée mais au moins le ciel est couvert, et le soleil bien caché. C’est décidé, pas besoin de transports, nous y allons à pieds.

Nos sacs posés dans notre chambre, nous partons à la découverte de la ville, mais seulement quelques minutes après notre départ, il se met à pleuvoir des cordes. Nous faisons demi-tour pour prendre nos k-ways et repartons de plus belle.

Encore une fois, le street art est fortement présent. Cette fois-ci, il ne s’agit pas seulement de peintures mais de motifs dessinés sur des murs qui sont accompagnés d’objets. Ces œuvres là ont tellement de succès que les gens sont prêts à faire la queue pour être pris en photo à côté. Parfois, la queue est si longue que nous ne nous posons même pas la question de rester. Heureusement, nous en avons vu certaines qui nous ont plu et où quasiment personne n’était devant. La pluie a dû décourager de nombreux touristes et n’a finalement pas été une si mauvaise chose en soi pour nous.

La ville n’a pas réellement grand chose à proposer contrairement à ce que nous avions pu lire sur internet. Les rues sont sales et sans charme. La plupart des points de restauration ne sont pas du tout attrayants sinon trop chers. Nous avons rencontré d’ailleurs un couple d’argentins faisant également un tour du monde, et qui nous ont fait part de leur déception quant à la ville. Ils avaient prévu d’y passer une semaine. Après leur premier jour sur place, ils cherchaient déjà un moyen de partir plus tôt.

Le lendemain, nous sommes allés au parc national. Avant de nous lancer dans une longue marche dans la nature, il nous a fallu remplir des papiers avec nos coordonnées. Elles nous sont demandées pour des raisons de sécurité. Lorsque nous reviendrons de notre marche, il nous faudra signer un autre papier pour que les autorités soient sûres que nous sommes bien revenus.

Nous avons donc fait une jolie balade dans la jungle d’environ 3 heures avec un couple de russes qui vivait en Allemagne avant de partir faire un tour du monde. DĂ©cidĂ©ment, c’est assez banal ce genre d’expĂ©rience…Nous avons croisĂ© des singes mais pas de serpents. Une fois arrivĂ©s au bout de la jungle, nous avons dĂ©couvert une très belle plage, la plage des tortues (turtle beach). Bien Ă©videmment, l’envie de se baigner est lĂ  mais la baignade est strictement interdite en raison de la prĂ©sence de nombreuses mĂ©duses.

La plage doit son nom à la présence d’un sanctuaire où les tortues font l’objet de soins et ceci quelle que soit leur taille. Plusieurs bassins sont occupés dont un avec plein de bébés tortues pas plus grandes que la paume de nos mains.

Nous quittons cette île au bout de 3 jours sans grands regrets et sommes convaincus que notre prochaine destination nous plaira bien davantage. Nous mettons le cap sur Langkawi !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s