Sihanoukville, la déception. Koh Rong Samloem, le rattrapage 🇫🇷

Sihanoukville est un passage obligatoire pour rejoindre les îles Koh Rong situées dans le golf de Thaïlande. En s’approchant de cette ville, on voit déjà au loin de nombreux gratte-ciels et la mer au fond. Les routes de terre étroites justifient en partie la très mauvaise circulation. Une fois en ville, ce sont les klaxons qui retentissent un peu partout. Des “cabanes” sont installées au milieu de poubelles, à côté de hauts immeubles plus ou moins modernes. La ville est sale. On ne trouve pas un seul endroit sans déchets au sol et ça sent terriblement mauvais.

Nous croisons beaucoup de voitures de luxe du type Rolls Royce et autres. Mais Ă  quoi bon ? Riches et pauvres vivent au final dans la mĂŞme misère. L’environnement est une catastrophe ! C’est vraiment la ville la plus moche que l’on ait jamais vue…

La croissance de cette ville est due aux investissements chinois massifs. Ils sont lĂ  pour les affaires mais sont aussi les principaux touristes.

Des casinos et hĂ´tels de luxe fleurissent un peu partout dans la ville. Mais comme je vous l’ai dĂ©jĂ  dit, Ă  peine quelques mètres Ă  cĂ´tĂ© de ces nouvelles structures, vous vous retrouvez parmi les dĂ©chets, avec la poussière soulevĂ©e par les vĂ©hicules, et les odeurs de dĂ©chets mĂ©langĂ©s avec celles des pots d’échappement. Tout ça dans une chaleur Ă©touffante. Cocktail explosif ! Ça donne envie de se balader…

Bref, vous l’aurez compris, nous n’avons pas vraiment besoin de parler davantage au sujet de cette ville. Il se peut que cette dernière s’embellisse avec le temps (dans une décennie ou plus) mais il reste du boulot.

Nous prenons un bateau avec pour objectif de laisser cet enfer derrière nous, et trouver un petit coin de paradis. Koh Rong Samloem est une île à 40 minutes de Sihanoukville. Sur l’île, il n’y a pas de voitures, ni de routes bétonnées. On a soit du sable, soit des routes de terre avec des pierres. Notre hostel se situe tout en haut d’une colline au milieu de rien. Pour y aller, nous passons au milieu d’habitations modestes et petits commerçants en faisant bien attention où nous posons les pieds pour ne pas trébucher et nous retrouver écrasés sous le poids de nos sacs. Arrivés à la réception, c’est avec un grand plaisir que nous découvrons qu’il s’agit en fait d’un bar terrasse avec une vue imprenable sur la mer. Pfiou, ça fait du bien de voir ça !

Dans notre chambre, tout est en bois. Les murs, et sols sont constituĂ©s de planches collĂ©es les unes aux autres. La particularitĂ© de cet emplacement est que nous avons un toit commun avec tous les autres rĂ©sidents. Non, ce n’est pas habituel… Ce toit est en fait placĂ© Ă  quelques mètres au-dessus de nos murs mitoyens ! Pour vous donner une idĂ©e plus prĂ©cise, imaginez-vous voir la lumière de votre voisin s’allumer et Ă©clairer votre propre appartement. Ou encore, savoir si vos voisins se douchent, leurs sujets de conversation ou mĂŞme encore lorsqu’ils vont aux toilettes et s’ils ont la diarrhĂ©e !

Vous l’avez compris, nous partageons tout. Nous sommes comme une grande famille.

Pendant notre séjour, nous sommes bien évidemment allés nous baigner. Nous avons trouvé une très belle plage sur laquelle nous avons passé une bonne partie de notre temps. C’est au moment de rentrer dans l’eau pour la première fois que la surprise fut la plus grande. Alors que nous pensions pouvoir enfin nous rafraîchir un peu, l’eau nous a paru être encore plus chaude que la température extérieure ! Incroyable ! Nous nous sommes vite écartés du bord, et l’eau est bien évidemment devenue un peu plus fraîche. Ouf ! Nous ne sommes pas aller trop loin non plus juste au cas où un gros poisson se baladerait dans le coin.

Pour nous restaurer, le choix n’est pas très large. La plupart des “restaurants” sont situés dans la rue principale du village, une rue de sable. Les gens ne parlent pas un mot d’anglais et ne se montrent pas très ouverts aux touristes. Nous passons donc nos commandes en leur montrant les photos des plats qui nous intéressent et utilisons nos doigts pour déterminer la quantité.

Ici, on peut tout payer en dollars américains. Il nous est arrivé d’avoir de la monnaie locale dans nos mains mais nous avons toujours eu de très petites sommes. Ça nous est arrivé par exemple en recevant notre monnaie après paiement. Il n’y a pas de centimes de dollars. Donc pour 50 centimes de dollars dûs, nous recevons en retour 2000 riels.

Par manque de diversité dans les menus, nous avons souvent mangé les mêmes choses. Riz avec légumes, omelettes, et sandwichs. Au bout de 4 jours, nous avons quelque peu saturé ^^.

Mais le bon côté de ces sorties était bien évidemment la vue sur la mer, et les pieds nus dans le sable.

Ces 4 jours ont été notre première pause depuis le début de notre tour du monde. Nous sommes habitués à enchaîner les trajets pour accumuler les visites et découvertes. Par conséquent, un peu de calme nous a fait du bien. Nous en avons profité pour rédiger des articles, et avons fait preuve de beaucoup, beaucoup, beaucoup de fainéantise. En même temps, les activités sur l’île étant très restreintes, nous n’avons vraiment pas eu le choix. Donc pour ceux qui ne peuvent pas se relaxer, et cela même en vacances, cette île est faite pour vous ! Mais dépêchez-vous avant que ça ne se développe davantage !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s