Un minuscule village qui en vaut la peine 🇫🇷

Notre périple continue et aujourd’hui nous mettons le cap sur Kong Lor. Vous ne connaissez pas? C’est normal. Il s’agit d’un tout petit village difficile d’accès aux touristes car très mal desservi par les transports publics. Pourquoi tenons nous alors tant à nous y rendre ? Parce qu’il y a sur place de très beaux paysages et surtout la fameuse grotte de Kong Lor. Mais je vous parlerai de cette dernière quand nous y serons arrivés.

C’est parti pour 310 km de route, soit au minimum 5 heures à regarder les paysages défiler.

Sur le chemin, nous nous arrêtons à un marché situé au bord de la route où tous les stands ne vendent qu’une seule chose, des ananas. Phet me dit qu’ici ce sont les moins chers et qu’ils sont très sucrés. Nous les mangerons ce soir ensemble.

Le trajet est long, et la pluie se décide à nous accompagner. Je propose à nos deux amis laotiens de nous mettre une petite ambiance musicale laotienne. Nous avons alors droit à des musiques traditionnelles mais aussi à de la musique plus moderne. Cette dernière est douce et sans aucune agressivité. C’est même plutôt agréable à écouter. Dommage que l’on ne comprenne rien ^^. En écoutant leurs chansons ils se mettent même à chanter. Nous sommes alors sûrs que c’est bien ce qu’ils écoutent régulièrement. J’en ai profité d’ailleurs pour noter quelques morceaux afin de pouvoir les retrouver sur internet.

Carola et moi, écoutant principalement de la musique grecque moderne, nous leur demandons s’ils ont la moindre idée de ce à quoi cela peut ressembler. Nous tâtons le terrain en évoquant Zorbas, le sirtaki, mais ça ne leur dit pas grand chose. Nous avons donc sorti notre enceinte et leurs avons présenté la musique traditionnelle ainsi que nos morceaux modernes préférés. Le bouzouki a retenti dans le van et ce fut une grande découverte pour eux !

Ils ont surtout aimé la musique moderne grecque sur laquelle ils ont bien bougé leur tête. iIs nous ont dit à quoi ça leur faisait penser, dans quel contexte est ce que tel morceau pourrait être joué, etc. Pour l’un des morceaux, ils ont imaginé un homme, du genre playboy qui boit un verre en regardant les autres depuis un bar 😂. C’est marrant car le vidéoclip de cette chanson en question nous montre exactement cette scène.

Grâce à la musique, le temps est passé vite et nous arrivons à notre première escale, le temple Wat Prabaht Phonsanh (merci Google de m’aider à retrouver les noms car sans toi je serais perdu).

La particularité de ce temple est qu’il abrite l’empreinte de pied de Bouddha. Selon la légende, l’empreinte de ce dernier aurait été retrouvée et reproduite ici mais en un peu plus grand…Pour rappel, Bouddha était bel et bien un humain et non pas un géant.

Nous profitons de notre présence pour frapper 3 fois dans un gong. Il paraît que ça porte chance… Le secret est de ne pas taper trop fort ni trop doucement.

Nous reprenons alors la route et passons à des endroits où des chutes de grosses pierres sont apparentes. La pluie est toujours intense et quelques camions décident de ne pas continuer car les conditions sont considérées comme trop dangereuses.

Nous arrivons enfin au village et plus précisément à notre bungalow depuis lequel nous profitons d’une vue magnifique sur les montagnes et rizières. Un hamac est même à disposition mais celui-ci est malheureusement trempé. Tant pis, nous n’avons pas le temps de toute façon car nous devons nous rendre à la grotte et ceci même s’il continue à pleuvoir. Cette dernière est à 10 minutes à pieds. C’est alors avec nos kways (et un maillot de bain non assorti me concernant) que nous partons.

Le chemin est boueux. Carola perd même une tong en marchant. Heureusement pour elle, celle-ci est vite retrouvée malgré le fait qu’elle avait déjà disparue sous la boue.

Arrivés sur place, nous montons dans une petite embarcation en bois motorisée. On enfile nos gilets de sauvetages et lampes frontales, et c’est parti ! La grotte de Kong Lor est la deuxième plus longue d’Asie (7,5km). À l’intérieur, on a des stalagmites, stalactites, des « plages » de sable fin, et beaucoup de sauterelles qui se baladent ainsi que quelques chauves-souris. Par endroit et en raison de la pluie, on observe quelques chutes d’eaux depuis le plafond. Le capitaine nous montre alors ses talents de slalomeur afin d’éviter d’être complètement trempés.

Par ailleurs, le niveau d’eau n’étant pas assez haut, il nous faut parfois descendre de l’embarcation et remonter dedans un peu plus loin. Ça a dû arriver 3 fois mais pas plus.

Cette balade a été si belle que même la pluie n’a pas réussi à la gâcher. J’ajouterais même que nous avons été assez chanceux car le lendemain de notre visite, la grotte ferma ses portes aux visiteurs en raison du niveau d’eau jugé trop élevé. Et oui, il a vraiment bien plu…Tant de route et passer à côté de ça aurait été vraiment dommage. Heureusement pour nous ça n’a pas été le cas ! Kop Chai (merci) !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s